• Chat Story Chapitre 1

    Lors d'une nuit sans étoiles, un père abandonna son unique fille, Clavina, dans une clairière du Royaume de Karenb'har. Elle n'en gardait aucun souvenir et fut recueillie par un peuple mystérieux qui voyageaient sans cesse sur tout le territoire avec leurs motos. D'âme noble, ces créatures puissantes et intimidantes, étaient recouvertes d’une épaisse fourrure et même si leur corps ressemblait à celui d’un simple humain, leur visage avait gardé quelques traits félins. Ils étaient élancés, agiles et redoutés de tous. Ce peuple appelé Fenri était devenu la famille de Clavina, et ce même si elle était complétement humaine.

    Les Fenri roulaient à toute allure sur les routes pluvieuses qui menait à Oris, la capitale du pays. Personne d'autre n'avait osé affronter la tempête. Ils transportaient avec eux leurs marchandises, tirées par de puissantes motos. De temps en temps, ils s'arrêtaient pour se nourrir et entretenir les véhicules. La plus grosse cargaison de la caravane contenait une des denrées les plus précieuses de tout Karenb'har ; les pierres prismatiques. Les Fenri étaient de fins explorateurs et découvraient toujours ces pierres là où personne n’osait s’aventurer. Une fois nettoyées, les artisans fenris, recouvraient ces pierres de résine et les décoraient avec de fines gravures. Toute la richesse de ce peuple provenait de la vente des pierres.

    A la capitale, la tempête s'était envolée et la lumière vive du soleil faisait danser ses rayons contre les pierres prismatiques. De nombreux acheteurs se précipitaient au stand des Fenri. Clavina n'aimait pas toute cette agitation et comme à son habitude, elle s'éclipsa pour visiter la ville.

    Clavina portait les vêtements des Fenri et il était difficile de ne pas se faire remarquer dans les ruelles marchandes. Néanmoins, l’agilité féline qu'elle avait appris à maitriser lui permettait de disparaitre rapidement des regards les plus insistants. Elle entra dans une petite taverne poussiéreuse qui ne semblait attirer aucun client. A l'intérieur, même les meubles semblaient s'ennuyer. Un jeune garçon déboula de l'escalier tordu, il avait l'air maladroit mais vif d'esprit.

    Elle apprit rapidement qu'il se prénommait Hortis, ils parlèrent comme s'ils s'étaient toujours connus. Ils se servirent plusieurs verres de jus de papaye. Ils riaient à plusieurs reprises, au point que même la taverne semblait avoir rajeuni.

    Les cloches de l'Académie de magie résonnèrent et Clavina s'écria :

    - J'aimerais tellement entendre ces cloches tous les soirs !

    Hortis soupira et se leva avec dégout.

    - C’est pas ce que tu crois l'Académie, déclara-t-il froidement, ce sont qu'une bande de bourgeois dépassés...

    -Tu dis ça parce que t'es jaloux des sorciers qui y sont admis, lui rétorqua Clavina, il parait qu'il faut de grands pouvoirs !

    -Comme ça ? Hortis tendit sa main et fit soudainement apparaitre une énorme flamme.

    Clavina ne bougeait pas. Elle observait calmement les étranges reflets qui dansaient sous ses yeux. Hortis n'avait jamais vu quelqu'un qui n'était pas complétement effrayé par sa magie. La flamme s'éteignit doucement.

    -Apprend-moi, ordonna Clavina.

    Hortis hésita un instant.

    -Mais est-ce que t'en es capable ? Pas tout le monde est digne de pratiquer la magie...

    En un mouvement imperceptible, Clavina s'était glissée derrière Hortis, de fines lames commençaient à frôler son cou. Ce dernier sursauta et Clavina se retira en souriant. Elle ouvrit sa main et lui montra les trois aiguilles qu'elle tenait :

    - Tu crois que j'étais digne de me battre comme une Fenri ? Je suis capable d'apprendre, enseigne-moi. Et si tu veux, je t'apprendrai à te battre par tes mains.

    - Marché conclu !

    Les deux nouveaux amis échangèrent un regard complice. Ils avaient cinq jours avant que la caravane des Fenri ne repartent de la ville.

    Clavina sortit de la taverne avec légèreté. Hortis passa sa main autour de son cou et commença à ranger l'établissement.

    ***

    Clavina et Hortis se retrouvèrent à l'aube. La ville dormait. Ils décidèrent de commencer par l'enseignement de la magie. Hortis lui refit une démonstration des flammes.

    - Cette une technique humaine, issue de la magie du Ki. Pour ça, tu dois ressentir une sorte de chaleur ici.

    Il montrait son ventre. Clavina haussa les sourcils. Il reprit :

    -Et ensuite ça fait "schlaaa" ! Hortis leva les bras. Son amie semblait n'avoir rien compris. Bon, c'est pas si compliqué, reprit-il, parce qu'après t'as juste à balancer le tout contre la pierre là-bas.

    Hortis lui montra une stèle rêche, à une cinquantaine de mètres de là. Clavina remarqua que le centre de la pierre était noirci, sûrement par les précédents entrainements de son ami.

    Clavina se concentra, elle sentit monter en elle une étrange force qu'elle n'avait jamais ressentie. Des braises commençaient à jaillir dans sa paume, elle tourna sur elle-même avant de projeter la flamme contre la pierre.

    Une énorme explosion retentit. Quand Clavina ouvrit à nouveau les yeux, la stèle se dressait toujours devant elle, inchangée. Hortis avait une mine effrayée, et fixait l'arrière de la cour. Clavina se retourna et découvrit que le mur qui se tenait là un peu plus tôt était complétement détruit.

    Une foule agitée ne tarda pas à envahir les lieux, les habitants étaient affolés. Le mur qu'elle avait détruit donnait directement sur l'extérieur de la ville, là où rôdaient les monstres les plus redoutés des villes humaines.

    Les forces royales débarquèrent pour tenter de mettre de l'ordre et protéger la zone en attendant l'arrivée des magiciens. Un civil désigna du doigt les deux amis en criant aux gardes :

    - Ce sont eux les voyous ! Arrêtez-les !

    Les magiciens de l'Académie arrivèrent à cet instant précis et tout le monde s'écarta pour les laisser passer. Ils se déployèrent rapidement en direction du mur détruit. Un magicien, mieux vêtu que les autres, s'approcha des débris du mur, et lança un regard inquiet auprès d’un des siens.

    La foule s'était resserrée pour empêcher Clavina et Hortis de s’enfuir, tout en criant aux gardes de les arrêter. Le magicien s'approcha également d'eux et au moment où un des gardes allait les saisir, il ordonna :

    -Laissez-les moi ! Sa voix était grave et imposante. Hortis reconnu immédiatement le sorcier ; il s'agissait de Glandolf, connu comme le Magicien du Bled. Il fit jaillir du bout de ses doigts une chaine de glace qui entoura les poignets des deux amis. Ces derniers commencèrent à se débattre à mesure qu'ils se faisaient entrainer en dehors de la foule. Ils arrivèrent dans une ruelle anodine. Hortis murmura à l'oreille de son amie :

    -Je n'ai jamais été dans cette rue !

    -Comment ça ?

    -Je connais la ville par cœur, je suis sûre qu'il nous a transporté dans une illusion.

    Le sorcier les libéra et leur tendit à chacun une simple lettre où le sceau de l'Académie était apposé.

    -Vous êtes admis à l'Académie, félicitations. Les cours débuteront dans deux jours, soyez à l'heure.

    Il disparut soudainement, comme s'il n'avait jamais été là. La ruelle changea légèrement et Hortis pu enfin se repérer. Des passants arrivèrent depuis l'autre côté et les deux amis partirent en courant, par peur de se faire arrêter. Ils arrivèrent proche du lieu de l'accident et constatèrent que tout était redevenu comme avant. D’un même réflexe, ils fouillèrent leurs poches ; la lettre de l’Académie de magie était toujours là.

     

     

    À suivre…

  • Chat Story Chapitre 2

    Tout Bientôt

© 2018 CSG TV. All Rights Reserved

Search